Si vous souhaitez venir nous voir cet été

il y a des HEBERGEMENTS sur place à LA PETITE BERGERIE               

 pour 2 personnes: L'Escapade VOIR ALBUM PHOTOS

location pour 6 personnes : L'Escale et la GRANDE BERGERIE VOIR ALBUM PHOTOS

tel 02 51 30 38 98 ou 02 51 97 06 00 ou 06 60 35 25 09  ou maryladive@wanadoo.fr

 


 

CE QUE DISENT

LES GUIDES de TOURISME, la PRESSE et le NET

 

 

LE GUIDE VERT POITOU CHARENTE VENDEE p220

 

Cette ancienne ile était encore entourée d’eau au 17e. A l’entrée d’une ancienne carrière, la route s’élève et parcourt la butte sur 700 m en dominant le marais. D’en haut la vue s’étend de la pointe d’Arçay à la pointe de l’Aiguillon en passant par l’ile de Ré et son pont viaduc. Revenu au niveau de la mer, on découvre au-delà d’un pré la falaise morte recouverte en partie de lierre.

 

 

Le Petit Futé

 

Ce rare patrimoine ornithologique côtoie le monde floral, avec ses œillets de dunes, ses armoises de Loyd, ses canches blanchatres. Un tendre territoire de sable, de sel et de plantes délicates, léchant les boues de l’estran, protégé par une digue. D’ailleurs, après une halte au promontoire de la Dive, il faut grimper sur cet ouvrage par ses petites marches.    Le coup d’œil vaut le détour et permet de mieux apprécier l’utilité de la digue.

 

 

GUIDE BLEU PAYS DE LOIRE

Impressionnante digue de défense en pierre de plus de 5km construite fin XIXe, on découvre les vasières de l’embouchure du Lay, tables et bouchots à marée basse, la pointe d’Arçais et l’île de Ré à l’horizon.

La Dive: la distance entre la route et la falaise correspond au volume de pierre prélevé pour construire la digue de défense. Du sommet on domine l’ensemble des prises céréalières. Le cul de sac flanqué de ses deux nichoirs à faucons crécerelles érigés au pied de la digue du Maroc, permet de rejoindre la digue à la Mer d’où l’on découvre les Mizottes, la vasière (à marée basse), le petit port de St Michel et d’où l’on peut vérifier que le niveau des mizottes est supérieur à  celui du polder. C’est aussi l’un des hauts lieux d’hivernales observations ornithologiques.

.

TERRE SAUVAGE de mars 2009

un article très interessant intitulé "LA BONNE FORTUNE DE LA BAIE DE L'AIGUILLON Aller à la rencontre du paysage infini et mouvant de la baie de l'Aiguillon. S'étonner de la richesse des vasières, formidable garde manger pour des milliers d'oiseaux....l'immensité de la baie agrandi le regard et l'âme. Grisé par le vent chargé de sel, j'ai alors brandi vers la multitude ailée mon carnet de notes, toutes feuilles déployées, claquant au grand souffle de l'océan...Utiliser la carte IGN top25 La Rochelle Anse de l'Aiguillon" avec un passage à la Dive pour découvrir le panorama"prendre la voiture pour admirer d'en face la baie de l'aiguillon à la pointe st clément. Longer la digue jusqu'à la DIVE, d'où une petite falaise offre un point de vue sur la baie". C'est en avant dernière page dans les fiches circuits en Vendée, sentier naturaliste, point N°5.  Par ailleurs un article digne d'intérêt sur la rabelaisie "classique" en Touraine avec la remarquable grotte de la sybille de Panzoult.

Une seule erreur à relever, la grotte de la Dive Bouteille ne se trouve pas dans les caves painctes de Chinon mais bien à la Dive en Vendée. En effet Panurge en arrivant à l'entrée de cette grotte nous dit "cela me rappelle les caves painctes de Chinon". S'il était à Chinon il n'aurait pas dit "cela me rappelle" mais je suis arrivé aux caves de Chinon. A méditer.

___________________________________________________________________________

VENDEE INFO 28 FEV 2010

.La Faute et l'Aiguillon-sur-Mer particulièrement touchées par la tempête .

La Faute et l'Aiguillon-sur-Mer particulièrement touchées par la tempête
Les vents qui ont soufflé au cours de la nuit de samedi à dimanche sur le
littoral Atlantique ont occasionné de nombreux dégâts, notamment sur les
communes de l'Aiguillon-sur-Mer et La Faute-sur-Mer où l'on dénombre une
trentaine de victimes et plusieurs dizaines de disparus.

Le fort coefficient de marée couplé au vent violent sont à l'origine du désastre
qui s'est abattu sur la côte. Vers 4 heures du matin, l'eau s'est engouffrée
dans les rues de l'Aiguillon-sur-Mer et La Faute-sur-Mer surprenant les
habitants dans leur sommeil.

"Les rues étaient transformées en véritables torrents en l'espace d'un quart
heure" relatent des habitants de l'Aiguillon. Dans certaines rues de La Faute et
de l'Aiguillon l'eau est montée à plus de trois mètres. Et un peu plus loin, la
digue a elle aussi souffert. 8 kilomètres écroulées, la mer s'engouffrant dans
les terres. Et toute la journée de dimanche, des engins ont tenté de colmater
les brèches tandis que la région était noyée sous l'eau. Sur l'ancienne ile de
la Dive, à St-Michel en l'Herm, les habitants sont coupés du monde, plus de
téléphone ni d'électricité, trois d'entre eux ont même du être évacués par
hélicoptère.

Dimanche soir, la Préfet Jacques Brot, présent sur la côte vendéenne, annonçait
23 morts et une trentaine de disparus.

"C'est une véritable tragédie" commentait Philippe de Villiers, président du
Conseil Général, venu à la mairie de l'Aiguillon-sur-Mer et à l'école publique
où 400 personnes y étaient hébergées dimanche soir. "Des habitants qui ont tout
perdu. Les maisons étant détruites. Ce lundi matin, le Département va se réunir
pour lancer une aide d'urgence".

De son côté, le Président de la République devrait également se rendre sur place
dans la journée de lundi.

Les secours se sont mobilisés rapidement, faisant appel aux départements
voisins. Toute la journée, trois hélicoptères ont survolé la zone pour évacuer
les habitants réfugiés sur les toits, les pompiers et secouristes effectuant des
rondes en zodiac. Dimanche soir, les évacuations se poursuivaient dans le noir
puisqu'il n'y a plus de courant, ni de téléphone.

Dimanche 28 Février 2010
Francoise Calatayud

Source :
http://www.vendeeinfos.com

la DIVE est redevenue une ile pour une semaine (article de l'auteur du blog)

razmaree_002diveRazMareeLundi 1er mars 2010: Nous venons d'être rapatriés en zone non inondee a la tranche, nous sommes donc hyper privilégiés. Pour beaucoup comme nos voisins du bas (photo de gauche), il n'en est pas ainsi. Le seul bon moment a été le repas pris tous ensemble avant de partir.

lundi 8 mars au soir: nous avons à nouveau accès à la Dive en voiture.

 

heliportage1) merci à l'armée, la protection civile (de quimper en particulier pour nous) la gendarmerie, les pompiers, les élus de St Michel et d'ailleurs, qui sont intervenus pour nous secourir: hélitreuiller les voisins (photo de droite), rapatrier les urgences de jour comme de nuit et merci aux amis qui nous ont soutenus au téléphone.

h_litreuill_  IMG_0500  IMG_0505

2) tout le monde savait que ça arriverait un jour dans 100 ans, 10 jours ou 20 ans

tout le monde est responsable car la société est faite pour gagner sa vie sur du court terme. Les propriétaires de terrains ont vendu des terrains de sable, ou ont fait une plus value importante en construisant. La commune et les maires sont soumis a des pressions énormes pour construire, de préférence sur des terrains bon marché. Un élu est réelu s'il fait plaisir à un maximum de monde, dès qu'il faut refuser de construire un terrain, on perd les voix de toute la famille. Ce n'est pas un scrutin de liste dans les petites communes, le nom du responsable est rayé. Les communes qui ont été les plus touchées sont celles qui sont construites sur une langue de sable étroite, il n'est pas étonnant qu'on ait cherché à construire partout (deux maires successifs de gauche puis de droite ont tourné la loi littoral alors qu'elle était votée mais pas encore applicable). J'ai été maire 3 mandats sur la cote, je me suis opposé à contruire sur des terrains inondables. Pour avoir refusé d'instruire la 80e demande de camping sur ce terrain (après un refus des tribunaux, du conseil d'état, de la cours européenne de strasbourg le propriétaire était alors soutenu par la ligue des droits de l'homme locale), j'ai été mis en examen par le juge Gallot (qui ne m'a d'ailleurs pas condamné ensuite), mais dans son cabinet je lui ai demandé s'il voulait que je lui explique le contexte. Il m'a répondu que ça ne l'intéressait pas. C'est ainsi pour toute la société pense, la catastrophe n'arrivera que plus tard, et toujours chez les autres.

L'administration et le mouvement vert se sont opposés à la construction dans ces endroits submersibles. Mais pourquoi ont ils imposé des maisons basses dans une zone submersible de 2m. Les personnes sauvées se sont réfugiées dans les étages ou les mezzanines.

Les propriétaires eux mêmes savaient que le Lay pouvait déborder. Il suffit de se mettre au port de la Faute pour voir à marée haute les cabines de bateaux surplomber les maisons. Mais cet endroit est tellement agréable qu'il méritait selon chacun d'assumer un risque que personne ne croyait mortel.

diguedumarocLes agriculteurs en culture intensive ont voulu supprimer les digues intermédiaires. C'était une erreur. Au remembrement ils ont souhaité simplement mieux gagner leur vie. Que celui qui n'y a jamais pensé leur jette la première pierre. Maintenant c'en est fini des rendements de la beauce vendéenne.      

Quelqu'un a t-il parlé a la télé des retraités du monde agricoles qui vivent modestement des locations de leurs terrains qui ne valent plus rien? La situation ne pourra s'améliorer que par la solidarité nationale.

3) TOURISME? Tout sera prêt pour l'été 2010 car les vendéens savent se retrousser les manches. J'ai eu à gérer comme maire la marée noire conjuguée à la tempete de 99. La catastrophe est en partie remboursée par les assurances, on rachète des voitures et de l'électroménager. Les gens sont courageux et le tourisme est ce qui peut se remettre le plus vite en place.

4) il faut se remettre au travail et analyser calmement l'avenir de ce territoire à la lumière de cette nouvelle expérience. La situation à long terme sera très difficile pour l'agriculture qui devra refaire des investissements énormes sans avoir de revenu mais le courage et l'envie de vivre de son métier existe dans le monde paysan (sinon il aurait disparu compte tenu des catastrophes fréquentes dans ce milieu fragile).

_MG_9430Il y aura un avant et un après xynthia (nom bizarre). C'est une remise en cause de la démocratie dans les petites communes, on a aussi atteint les limites de la décentralisation. Il faut repenser la culture de la gestion des risques, car notre grande chance pour l'évacuation, c'est que tout le monde était prêt pour l'exercice un dimanche matin. La taille des communes littorales est à revoir. La gestion des digues est à simplifier car il y a trop de sociétés de propriétaires, et dans le périmètre défini au 17e ou au 18e siècle trop de propriétaires aux intérêts et aux revenus différents. La gestion des espaces naturels (la dune a cédé à la _MG_9417Faute) doit être revue car les solutions dites douces ont trouvé leurs limites. Notre sens de l'esthétique avec la traditionnelle maison basse ne doit pas nous conduire à en mourir. Pourquoi obliger les agriculteurs à construire en zone agricole (zone inondable) ?  L'interdiction de remblayer dans le marais a été faite pour éviter de supprimer des zones humides: c'est bien! Mais le seul élevage qui n'a pas été noyé à l'Aiguillon avait tout simplement surélevé sa chevrerie de quelques centimètres et on lui reprochait. On ne maintiendra pas un espace agricole sans agriculteur. Je souhaite vivre à la Dive et je ne souhaite pas être entouré 10 mois de l'année de maisons secondaires fermées. J'ai entendu dire qu'il était malheureux d'avoir autorisé des maisons hautes devant la falaise de la Dive car elle abiment la perspective sur la falaise, mais je préfère de loin avoir des voisins encore en vie.

Tout ça pour vous dire que rien n'est simple, et qu'il ne faut pas analyser cette catastrophe avec des idées toutes faites. Ce n'est pas la faute des maires ou des promoteurs, du temps ou du lieu, des paysans, des écolos et j'en passe. Il faut tout repenser. Et pour garder la mémoire il faudrait mettre des bornes comme on met des marques de crues sous les ponts. Ces bornes devraient être protégées comme celles de l'IGN.

Les digues ne seront jamais assez hautes car les ingénieurs nous parlent d'une hauteur nécessaire des digues de 8 m pour couvrir les risques cumulés dans le mauvais sens au même moment.

Ce genre de tempête hivernale doit être intégrée dans notre réflexion comme les tremblements de terre au Japon:  il faut toujours être prêt si on se trouve au dessous du niveau +4m !

Fin avril, passage à la Pharmacie du professeur Fernand Verger à la recherche de témoignages. Je lui confirme que la mer entière est montée et qu'il ne s'agit pas de vagues successives (témoignage de marins en mer au cours de la tempête) Les vagues ressenties à terre correspondent selon lui à la rupture des dunes ou des digues. Il me montre un exposé fait au comité scientifique du conservatoire du littoral. J'en retire deux éléments: à Brest le niveau de la mer a cru de 20 cm en 150 ans, et la fréquence des marées de fort coefficient croit aussi.

Les agriculteurs autour de la Dive ont "cassé la croûte" de sel ! Ils ont préparé les sols et semé orge et tournesol qui sont plus résistants au sel. Les hangars se remplissent de gypse à épandre après la maigre recolte.

La campagne reverdit et les oiseaux font leurs nids !

Le 5 mai 2010 des vagues de 6m sur la croisette, Nice et Cannes demandent la classement en catastrophe naturelle !

Le 15 juin les orages inondent Draguignan: 25 morts et des tas de bagnoles empilées !

Pour l'instant, seule la Suisse, nation maritime bien connue pour avoir gagné la coupe de l'America, me parait être une destination rassurante pour le risque raz de marée.

LA DIVE AUSSI QUI SE TROUVE A 15 METRES AU DESSUS DES FLOTS

-----------------------------------------------------------------------------------

et un passage qui parle de ce si joli village (le seul entre Nantes et la Rochelle)

sur le net !

 

Re: [rllchouchou] Périple Nantes-Royan à vélo mi-juin

29 février 2012 à 19:49
 

 

 
Bonjour,
Depuis Nantes il faut suivre la Loire par la droite jusqu’à Couéron et passé le bac (gratuit) pour rejoindre le Pellerin sur la rive droite, prendre le petit chemin qui longe le fleuve jusqu’au canal de la martinière que tu longes jusqu’à Paimboeuf. Ensuite tu rejoins l’océan et les pistes cyclables du littorale vendéen.
De passage à l’Aiguillon tu suis la digue et prends la petite route à gauche qui mène à la Dive (Petit village pittoresque sur une grosse roche dans le marais) au pont, tu suis le canal, passes sur l’écluse pour sortir sur la route au Pont Brau. De l’autre coté du pont tu seras en Charente maritime et rejoindra la Rochelle en longeant la côte.

 

Commentaire du camping du Marais poitevin après une visite de l'abbaye royale grâce à EDUCTOURS

Deux zones distinctes : la Marais mouillé et le Marais desséché2012
03.31 Plus difficile à explorer que le Marais Mouillé, le Marais desséché recèle cependant de nombreuses curiosités ! Pour une journée de découverte, voici notre programme. Visite de l’Abbaye royale de Saint Michel en l’herm En 682, c’est sur un ilot calcaire du Golfe des Pictons, que des moines de Noirmoutiers vinrent ériger l’abbaye de Saint Michel en l’Herm. Elle connut nombre de destructions et de reconstructions au cours des siècles. Mais au travers des jardins, du chauffoir, de la sale capitulaire et du réfectoire, l’histoire se laisse approcher et l’on entreprend un voyage dans le temps et dans la naissance du Marais Poitevin. Pose pique-nique La réserve naturelle de Saint Denis du Payré : découverte des oiseaux dans l’observatoire de la réserve. Environ 120 espèces d’oiseaux sont vues chaque année : échasse blanche, busard des roseaux, barge à queue noire, canard pilet, spatule blanche…Les roselières couvrant les berges des grands canaux abritent de nombreuses espèces d’oiseaux, d’insectes, de batraciens et de mammifères comme la loutre d’Europe.
 Nous avons apprécié cette journée en compagnie de guides passionnants.

 

Les Deux-sévriens à la découverte du Marais poitevin occidental vendéen
Sensibiliser les acteurs du tourisme aux richesses du Marais poitevin

dans la lettre du Marais Poitevin

© PIMP
Une quinzaine de prestataires touristiques des territoires des Offices de Tourisme Niort-Marais poitevin-Vallée de la Sèvre niortaise, du Pays Mellois et du Pays Haut Val de Sèvre, sont partis à la découverte du Marais poitevin occidental jeudi 29 mars 2012.

Proposées par le Parc aux acteurs du tourisme depuis 5 ans, ces journées visent à sensibiliser l'ensemble des prestataires au Marais poitevin. Cette fois-ci, le Pays né de la Mer était à l’honneur.

En matinée, l’histoire des pierres de l’Abbaye de Saint-Michel-en-l’Herm a été révélée par M. Guérin, guide pour l’Office de tourisme et érudit local intarissable sur ce sujet mais aussi sur l’Ile de la Dive.

Puis déjeuner sur l’herbe au bord de l’étang de Saint-Michel-en-l'Herm : le dessert offert par le Parc a permis de (re)goûter au gâteau minute (Médaille d’argent au concours départemental) et à la brioche tressée, confectionnées par « la Mie vendéenne » à Grues.

L’après-midi, M. Destouches, Conservateur de la Réserve naturelle nationale « Michel Brosselin » de Saint-Denis-du-Payré, a tout d’abord présenté la biodiversité et les enjeux de gestion de cet espace protégé. Puis, les participants ont pu apprécier le ballet des oiseaux grâce aux longues-vues de l’observatoire.

 OCTOBRE 2012 GRAND NETTOYAGE A LA DIVE

nettoyage dive2012

  Comment venir à La Dive ? cliquez sur ce lien